Bières belges : différences entre bières trappistes et bières d’abbayes

Si vous êtes en voyage pour en savoir plus sur la bière belge (et si vous ne l’êtes pas, vous devriez l’être), vous vous êtes peut-être demandé ce qu’il en est des bières trappistes et abbayes ? Sont-elles les mêmes ? La réponse est non, mais ce n’est pas si simple car les bières peuvent être très similaires, ce qui peut prêter à confusion.

La différence en un mot

Une bière trappiste est une bière d’abbaye qui est encore brassée par des moines trappistes, tandis qu’une bière d’abbaye est une bière qui était autrefois brassée par des moines, mais qui est aujourd’hui brassée par des malteries séculaires, au domaine monastique ou en référence à l’abbaye.

Donc une trappiste est une bière d’abbaye. Mais une bière d’abbaye n’est pas forcément trappiste.

La bière d’abbaye ou bière trappiste est la boisson des moines. Ce sont les moines qui maîtrisent leur production et le savoir-faire, leur permettant de consommer des boissons purifiées des maladies. Les styles les plus courants brassés par les brasseurs Abbayes et Trappistes sont Dubbel, Tripel et Quadrupel/Belgian Dark Strong.

La bière trappiste

Une malterie trappiste est une brasserie située dans un monastère et exploitée sous la supervision de moines trappistes. Il existe actuellement onze brasseries trappistes dans le monde, dont six en Belgique. Les quantités brassées chaque année sont très limites. Certaines communautés religieuses ont obtenu la désignation aux Pays-Bas, en France et même aux États-Unis. Ils sont nombreux en Belgique, comme le Triple trappiste de Westmalle.

Une bière trappiste se définit par l’origine de la bière et non par le type de bière. Le nom « Trappiste » vient de La Trappe, une abbaye française qui a fondé l’ordre trappiste. L’appellation est protégée et pour l’obtenir, la bière doit répondre à des critères stricts.

Les critères pour qu’une bière soit appelée « trappiste »

 

  • Le brassage de la bière doit avoir lieu à l’intérieur d’un monastère.
  • La bière doit être brassée par les moines trappistes qui occupent le monastère.
  • Les bénéfices de la vente de la bière trappiste doivent être utilisés pour le fonctionnement religieux du monastère, et tout excédent doit être consacré à des œuvres caritatives et sociales.

La bière abbaye

La bière de style trappiste des brasseries commerciales s’appelle Abbey Ale. Ces brasseries n’ont pas de lien monastique actuel, mais ils brassent et commercialisent dans le style monastique. Certaines ont déjà été brassées par des moines, mais sont aujourd’hui des entreprises purement commerciales. La bière de Saint-Bernard est un bon exemple de l’Abbaye d’Alès. Il y a un moine sur l’étiquette, mais ce n’est pas trappiste.

Les critères pour qualifier une bière d’abbaye (non trappiste et donc, non brassée par les moines) sont moins stricts.

Pour qu’une bière soit une bière d’abbaye, les conditions suivantes sont nécessaires.

  • La malterie doit avoir un lien avec l’abbaye, qu’il s’agisse du lieu, de la reprise de recettes monastiques ancestrales ou même d’une licence délivrée par les moines à un brasseur dans le passé.
  • La brasserie doit payer des redevances à l’abbaye dont elle porte le nom.
  • La brasserie doit donner à l’abbaye un droit de regard dans plusieurs domaines concernant la bière, mais surtout la communication.

Parmi ces bières d’abbaye, la plus intrigante est la Paix Dieu. Cette bière a été brassée à l’abbaye de la Paix Dieu, où le calendrier lunaire a joué un rôle central dans la vie monastique. La malterie s’engage à préserver l’âme de l’abbaye et, par conséquent, cette bière n’est brassée que lorsque la lune est pleine. L’Abbaye de la Paix Dieu est l’ancienne abbaye des moniales de l’Ordre des Cîteaux, fondée à Amay en Belgique au XIIIe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.